Kanye West - Ye

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De qui parle-t-on ? :

Rappeur, producteur et businessman américain, actif depuis 1996.

 

De quoi parle-t-on ? :

L’américain revient à un hip-hop old school teinté de soul-music.

 

Rythme :

-          Je me suis endormi dans mon fauteuil

-          Ne me perturbe pas quand je lis en même temps

-          Mes pieds se mettent à bouger

-          Je me lève et je fais la danse de l’épaule

-          Mes enfants sautent comme des cabris dans la pièce

Un rythme mid-tempo qui permet surtout de battre la mesure.

 

Accessibilité :

-          Après plusieurs écoutes je n’ai toujours pas saisi la mélodie

-          Plusieurs écoutes sont nécessaires avant d’apprécier la mélodie

-          Mélodie agréable mais sans aspérité

-          Les refrains entrent directement dans ma tête

-          Que des hits taillés pour les stades

Sept titres, sept tubes potentiels, cela en dit long sur la fluidité harmonique de ce nouvel opus.

 

Audience :

-          Musique que madame me demande de réécouter

-          Peut-être écouté en famille sans déranger madame

-          Madame s’en va quand je l’écoute

-          Tellement bizarre que je fais attention d’être seul pour l’écouter

-          Tellement bruyant que mes voisins ne me parlent plus

S’il rebute le quidam par la vacuité de ses propos, Kanye West fait l’unanimité lorsqu’il s’intéresse uniquement à sa musique.

 

Qualité audiophile :

-          J’ai l’impression que c’est mon voisin qui écoute l’album

-          Le format MP3 n’altérera pas trop l’écoute

-          S’écoute impérativement en format non compressé (CD ou autre)

Musique urbaine conçue et codifiée pour passer sans encombre l’obstacle de la compression.

 

Conclusion :

-          Je l’ai écouté une fois mais c’est une fois de trop

-          Après plusieurs écoutes j’ai du mal à m’y faire

-          Je l’écoute facilement mais sans émotion

-          J’ai beaucoup de plaisir à l’écouter

-          Il tourne en boucle sur ma platine

 

Il semblerait que le talent de Kanye West soit inversement proportionnel à la bêtise de ses coups d’éclats médiatiques (sa sortie sur le « choix » de l’esclavage des afro-américains, franchement !).

Avec Ye, « super » EP de sept titres et de vingt-trois minutes, le trublion du hip-hop américain confirme son art du contrepied musical. A des années lumières des boucles effrayantes du sombre Yeezus, il rayonne aujourd’hui dans la moiteur de la soul-music.  

I Thought About Killing You, premier titre de l’album, commence pourtant difficilement. Kanye West se lance dans une longue logorrhée vindicative qui n’est pas sans rappeler son attitude de poseur arrogant lorsqu’il lui est malheureusement demandé de donner son avis devant un micro ou une caméra. Mais comme par enchantement, par une simple variation d’intonation vocale et l’ajout de quelques beats, le morceau se termine dans la chaleur du groove. S’ensuivent alors deux singles à l’accroche absolue, l’énorme Yikes et le très surprenant All Mine, chanté en duo avec le fausset inconnu Ant Clemons. Nous sommes tous d’accord, avec ce très très court opus Kanye West assure tout juste le strict minimum, mais entendre aujourd’hui un album à la durée « standard » où sept titres sont à ce point fabuleux est une chose extrêmement rare. Avec Ye, l’on pourra donc voir le verre à moitié plein, imaginant que le rappeur américain n’a gardé ici que l’essentiel et évacué la médiocrité de ses compositions les plus futiles…

Ye est un chef-d’oeuvre de sept plages, sept merveilles du monde, sept manières d’éloigner le natif d’Atlanta de ses propos blasphématoires et de le réconcilier musicalement avec son public.