Alt-J - Relaxer

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De qui parle-t-on ? :

Trio anglais, actif depuis 2007, composé de Gus Hunger-Hamilton, Joe Newman et Thom Green.

 

De quoi parle-t-on ? :

Le panel musical est toujours aussi complexe, même si le groupe expose un peu plus ses penchants pour le folk et le psychédélisme.  

 

Rythme :

-          Je me suis endormi dans mon fauteuil

-          Ne me perturbe pas quand je lis en même temps

-          Mes pieds se mettent à bouger

-          Je me lève et je fais la danse de l’épaule

-          Mes enfants sautent comme des cabris dans la pièce

Deux ou trois titres enlevés pour une majorité de ballades, cet album provoque au mieux l’envie de battre la mesure.

 

Accessibilité :

-          Après plusieurs écoutes je n’ai toujours pas saisi la mélodie

-          Plusieurs écoutes sont nécessaires avant d’apprécier la mélodie

-          Mélodie agréable mais sans aspérité

-          Les refrains entrent directement dans ma tête

-          Que des hits taillés pour les stades

Ne vous attendez pas à fredonner sous la douche les expérimentations mélodiques de ce nouvel opus.

 

Audience :

-          Musique que madame me demande de réécouter

-          Peut-être écouté en famille sans déranger madame

-          Madame s’en va quand je l’écoute

-          Tellement bizarre que je fais attention d’être seul pour l’écouter

-          Tellement bruyant que mes voisins ne me parlent plus

L’on ne peut pas dire qu’Alt-J se facilite la tâche, l’on dirait même qu’il prend un malin plaisir à brouiller les pistes musicales et à éloigner autant que faire se peut le grand public.

 

Qualité audiophile :

-          J’ai l’impression que c’est mon voisin qui écoute l’album

-          Le format MP3 n’altérera pas trop l’écoute

-          S’écoute impérativement en format non compressé (CD ou autre)

On l’a dit et répété, ce style musical complexe aux ambiances très variées ne supporte aucune compression.

 

Conclusion :

-          Je l’ai écouté une fois mais c’est une fois de trop

-          Après plusieurs écoutes j’ai du mal à m’y faire

-          Je l’écoute facilement mais sans émotion

-          J’ai beaucoup de plaisir à l’écouter

-          Il tourne en boucle sur ma platine

 

Les adorateurs d’An Awesome Wave, déçus plus tard par l’alambiqué et controversé This Is All Yours, ne risquent pas de trouver une quelconque lueur d’espoir dans ce nouvel opus du trio britannique.

Relaxer ne ressemble ni au premier ni au second exercice des originaires de Leeds. Tout en étant imprimé de la très forte identité du combo, il explore d’autres sonorités, d’autres voies, pour obtenir au final sa propre musicalité.

Les Alt-J nous promettent donc une séance de relaxation et tiennent magnifiquement cet engagement dans la langueur trip-hop du single 3WW. Le très pop In Cold Blood est le morceau le plus enlevé et certainement le plus accessible de ce nouvel opus. House Of The Rising Sun et Adeline sont deux ballades marquées du sceau du dépouillement folk et de la grandeur. Le rythme et les percussions du brillant Deadcrush sont les seuls points de repères qui nous raccrochent encore au Alt-J d’An Awesome Wave. Le rock psychédélique de Hit Me Like That Snare puise son inspiration outre-Atlantique, dans la folie des Cramps ou du Gun Club. L’ambient mystique de Last Year et l’étrange Pleader referment ce court album dans l’atmosphère embrumée d’un chillout.

Si l’on recherche en permanence dans la musique d’Alt-J les arpèges enchanteurs d’un Breezeblocks, d’un Tessellate ou d’un Fitzpleasure, l’on risque une sévère dépression et surtout de passer à côté de quelque chose de grand. Dans son style unique, Relaxer démontre, s’il en était encore besoin, la formidable aptitude à l’évolution du trio britannique.