Radiohead - A moon shaped pool

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De qui parle-t-on ? :

Groupe anglais, actif depuis 1985, mené par le charismatique chanteur Thom Yorke, accompagné des frères Greenwood, Colin et Jonny, de Phil Selway et Ed O’Brien.

 

De quoi parle-t-on ? :

Le groupe abandonne ses errances électroniques pour se reconcentrer sur un rock mélancolique et somptueux.

 

Rythme :

-          Je me suis endormi dans mon fauteuil

-          Ne me perturbe pas quand je lis en même temps

-          Mes pieds se mettent à bouger

-          Je me lève et je fais la danse de l’épaule

-          Mes enfants sautent comme des cabris dans la pièce

Album très mélancolique et plutôt lent qui s’écoute plus qu’il ne se danse. 

 

Accessibilité :

-          Après plusieurs écoutes je n’ai toujours pas saisi la mélodie

-          Plusieurs écoutes sont nécessaires avant d’apprécier la mélodie

-          Mélodie agréable mais sans aspérité

-          Les refrains entrent directement dans ma tête

-          Que des hits taillés pour les stades

A Moon Shaped Pool est difficile de prime abord, ennuyant presque, mais très vite ces chansons prennent tout leur sens et atteignent les sommets.

 

Audience :

-          Musique que madame me demande de réécouter

-          Peut-être écouté en famille sans déranger madame

-          Madame s’en va quand je l’écoute

-          Tellement bizarre que je fais attention d’être seul pour l’écouter

-          Tellement bruyant que mes voisins ne me parlent plus

Radiohead n’a pas perdu sa notoriété pendant ses quelques années d’extrême expérimentation, quelques titres de cet album, comme Burn the Witch ou Identikit, ne manqueront d’ailleurs pas de le remettre sur le devant de la scène.

 

Qualité audiophile :

-          J’ai l’impression que c’est mon voisin qui écoute l’album

-          Le format MP3 n’altérera pas trop l’écoute

-          S’écoute impérativement en format non compressé (CD ou autre)

Ce mélange d’instruments rock et classique associé à cette voix unique ne peuvent se satisfaire d’une écoute en format compressé.

 

Conclusion :

-          Je l’ai écouté une fois mais c’est une fois de trop

-          Après plusieurs écoutes j’ai du mal à m’y faire

-          Je l’écoute facilement mais sans émotion

-          J’ai beaucoup de plaisir à l’écouter

-          Il tourne en  boucle sur ma platine

 

Quand on me demande quel style de musique j’écoute, question ô combien complexe vu la quantité d’artistes que je trouve intéressants, pour ne pas perdre le candide interrogateur avec des noms de groupes totalement inconnus du grand public, les premiers mots qui me viennent à l’esprit sont souvent : « des groupes du genre Radiohead ».

On ne peut mesurer à quel point le quintette d’Oxford a marqué l’histoire de la musique, instillé dans les esprits les plus revêches son aura resplendissante et produit pour l’éternité trois des plus grands albums de tous les temps, The Bends, OK Computer et Kid A.

Malheureusement, depuis 2003 et l’album Hail to the thief, malgré une constante recherche de nouvelles sonorités ou de nouvelles orientations, le groupe se perdait un peu dans ses propres expérimentations et commençait à fortement inquiéter les fans les plus fidèles. La dernière réalisation en date, The King of Limbs, et ses huit titres à l’indigence rare avaient fini par briser de manière irrémédiable le cocon d’indulgence qui protégeait jusque là le combo britannique des critiques.

A Moon Shaped Pool ramène Radiohead sur une voie plus conventionnelle. Le groupe abandonne l’électronique pour revenir à une instrumentation plus classique… et que cela fait du bien d’entendre à nouveau le quintette dans ce qu’il sait faire de mieux, du rock tout simplement. Burn the Witch, nouveau standard évident du groupe, déroule ses arpèges classieux à grand renfort de violons et augure d’un album de très haute volée. Daydreaming donne la tendance d’ensemble de ce nouvel opus, un style langoureux et mélancolique traversé de quelques fulgurances rock. Decks Dark le temps de ses quelques minutes nous replonge dans l’époque bénie d’OK Computer, la voix de Thom Yorke retrouve enfin cet écrin musical qui lui permet d’exprimer son extraordinaire potentiel. A Moon Shaped Pool enfile ainsi les perles et s’offre encore quelques moments de grâce sur l’enjoué Identikit ou la ballade Present tense.

Après quelques années de litanies électriques sombres et minimalistes, Radiohead fait enfin son grand retour dans la lumière. A Moon Shaped Pool est un objet précieux et fastueux qui remet la bande de Thom Yorke au sommet de l’olympe rock.