Mac DeMarco - Here Comes The Cowboys

 

 

 

 

 

 

 

 

  

De qui parle-t-on ? :

Musicien et chanteur canadien, actif depuis 2009.

 

De quoi parle-t-on ? :

Le canadien poursuit son chemin folk lumineux dans la lenteur et dans l’extrême dépouillement.

 

Rythme :

-          Je me suis endormi dans mon fauteuil

-          Ne me perturbe pas quand je lis en même temps

-          Mes pieds se mettent à bouger

-          Je me lève et je fais la danse de l’épaule

-          Mes enfants sautent comme des cabris dans la pièce

En bon slacker, Mac DeMarco porte une attention particulière à l’annihilation du moindre mouvement.

 

Accessibilité :

-          Après plusieurs écoutes je n’ai toujours pas saisi la mélodie

-          Plusieurs écoutes sont nécessaires avant d’apprécier la mélodie

-          Mélodie agréable mais sans aspérité

-          Les refrains entrent directement dans ma tête

-          Que des hits taillés pour les stades

Les mélodies sont belles mais il faut s’habituer un peu à cette extrême lenteur.

 

Audience :

-          Musique que madame me demande de réécouter

-          Peut-être écouté en famille sans déranger madame

-          Madame s’en va quand je l’écoute

-          Tellement bizarre que je fais attention d’être seul pour l’écouter

-          Tellement bruyant que mes voisins ne me parlent plus

Album qui plaira surtout à ceux qui aiment s’endormir en musique.

 

Qualité audiophile :

-          J’ai l’impression que c’est mon voisin qui écoute l’album

-          Le format MP3 n’altérera pas trop l’écoute

-          S’écoute impérativement en format non compressé (CD ou autre)

C’est beau, tranquille et dépouillé, le style s’appréciera même dans l’étroitesse de la compression.

 

Conclusion :

-          Je l’ai écouté une fois mais c’est une fois de trop

-          Après plusieurs écoutes j’ai du mal à m’y faire

-          Je l’écoute facilement mais sans émotion

-          J’ai beaucoup de plaisir à l’écouter

-          Il tourne en boucle sur ma platine

 

Le trublion de la folk-music canadienne revient avec un cinquième opus studio aux intonations mélancoliques et dépouillées, Here Comes The Cowboy.

Il est de ces artistes qui, sans avoir l’air de réellement le vouloir, se parent d’une auréole de lumière par la seule force de leur talent musical. Depuis le début de sa carrière, Mac DeMarco correspond sans conteste à ce profil. Suivi et encensé par les médias spécialisés depuis la sortie de son premier essai, Rock And Roll Night Club, le natif de Duncan au look d’indécrottable branleur a toujours donné l’impression de se foutre royalement de l’excitation médiatique provoquée par chacun de ses albums. Il y a pourtant encore de quoi s’agiter avec la langueur magnifique de ce nouvel opus. Le blues-rock apathique de l’éponyme Here Comes The Cowboy, la ballade country de Nobody ou l’easy-listening de Finally Alone, rien ne semble résister au savoir-faire de Mac Demarco. La suite confirme d’ailleurs ce démarrage lumineux, marqué encore par quelques moments de grâce, Preoccupied, K ou On The Square, l’album malgré l’atonie de son rythme ne connait aucune baisse de régime.  

Mac DeMarco envoie un message très fort à tous les slackers de la planète, le dilettantisme et la nonchalance ne sont pas un frein au génie, l’éloge de la lenteur que représente dignement ce Here Comes The Cowboy en est une preuve éclatante.