These new puritans - Inside The Rose

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De qui parle-t-on ? :

Groupe anglais, actif depuis 2006, principalement emmené par les jumeaux Barnett, Jack et George.

 

De quoi parle-t-on ? :

Après l’apocalyptique Hidden, puis le mélancolique Field Of Rieds, les These New Puritans injectent une certaine dose d’optimisme et d’entrain dans leurs arpèges pop.

 

Rythme :

-          Je me suis endormi dans mon fauteuil

-          Ne me perturbe pas quand je lis en même temps

-          Mes pieds se mettent à bouger

-          Je me lève et je fais la danse de l’épaule

-          Mes enfants sautent comme des cabris dans la pièce

Le groupe retrouve un rythme pop assez entrainant, mais la complexité musicale de l’ensemble incite plus à l’écoute qu’au mouvement.

 

Accessibilité :

-          Après plusieurs écoutes je n’ai toujours pas saisi la mélodie

-          Plusieurs écoutes sont nécessaires avant d’apprécier la mélodie

-          Mélodie agréable mais sans aspérité

-          Les refrains entrent directement dans ma tête

-          Que des hits taillés pour les stades

Malgré une accessibilité plus immédiate que sur le précédent opus, cet album ne révèle sa splendeur qu’après nombre d’auditions.

 

Audience :

-          Musique que madame me demande de réécouter

-          Peut-être écouté en famille sans déranger madame

-          Madame s’en va quand je l’écoute

-          Tellement bizarre que je fais attention d’être seul pour l’écouter

-          Tellement bruyant que mes voisins ne me parlent plus

La construction musicale fera certainement fuir l’auditeur lambda… c’est bien dommage, car après quelques écoutes il est difficile de se détacher de ce nouvel opus.

 

Qualité audiophile :

-          J’ai l’impression que c’est mon voisin qui écoute l’album

-          Le format MP3 n’altérera pas trop l’écoute

-          S’écoute impérativement en format non compressé (CD ou autre)

Les changements incessants d’ambiances et la diversité musicale interdisent toute tentative de compression.

 

Conclusion :

-          Je l’ai écouté une fois mais c’est une fois de trop

-          Après plusieurs écoutes j’ai du mal à m’y faire

-          Je l’écoute facilement mais sans émotion

-          J’ai beaucoup de plaisir à l’écouter

-          Il tourne en boucle sur ma platine

 

Six longues années se sont déjà écoulées depuis la sortie du troisième opus des anglais de These New Puritans. Field Of Reeds, monumental sur la longueur si l’on se donnait la peine de l’écouter plusieurs fois, exhalait un profond parfum de mélancolie. Inside The Rose est l’exact opposé de cet éloge de la lenteur, la pop, flamboyante évidemment, irradie les neuf mélodies de ce nouvel album.

Les six minutes d’Infinity Vibraphones donnent un avant-gout du fabuleux festin harmonique qui attend l’auditeur. Ces arpèges graciles, assemblés bien sûr dans la complexité d’une œuvre classique et joués avec une certaine forme d’entrain, rappellent à quel point le combo de l’Essex peut être grandiose. La pop aérienne et délicate d’Anti-Gravity nous installe en apesanteur pour le restant de l’album. Le duo effleure la grâce lorsque la voix de la diva taïwanaise Scintii illumine le baroque Beyond The Black Suns. Les cuivres, les cordes ou encore le piano sur le tendu et éponyme Inside The Rose, la palette des plaisirs mélodiques des britanniques de These New Puritans est décidément infinie. A l’instar des précédents exercices, rien ne sera facilement accessible sur ce nouvel opus, à part peut-être le single Where The Trees Are On Fire, trésor langoureux de musicalité et de beauté.

A l’ombre de leur laboratoire harmonique, les jumeaux Barnett prennent un malin plaisir à concocter ces sonorités célestes et protéiformes. Les esprits torturés que nous sommes se délectent quant à eux de cette mosaïque musicale sibylline et lumineuse.