Thom Yorke - Suspiria

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir Thom Yorke composer quelques titres pour la bande originale d’un film d’horreur n’est finalement pas quelque chose de surprenant. Lorsque l’on réécoute en effet les arpèges parfois délirants et angoissants de ses précédents opus l’on se dit que ce matériel aurait déjà pu servir à ce genre d’exercice.

Mais s’attaquer à la mise en musique d’un remake d’un film culte des années 70, réalisé de plus par le maitre italien de l’horrifique en personne, j’ai nommé l’immense Dario Argento, était une gageure qui, selon le niveau de cette nouvelle version, aurait pu s’avérer dangereuse.

Mais le talent et l’aura de Thom Yorke font de cette bande originale une œuvre à part entière, finalement totalement indépendante de la qualité de cette nouvelle mouture de Suspiria. Si l’on occulte les quelques courts moments instrumentaux qui ne sont là que pour faire monter l’angoisse du spectateur, l’on retrouve alors un véritable album magnifié par la grâce du chant divin de Thom Yorke. Dans une ambiance ténébreuse, le britannique à la voix si pénétrante transcende le sublime Suspirium, le troublant Has Ended, le lancinant Unmade, le morbide The Universe Is Indifferent ou encore le langoureux Suspirium Finale.

Nous ne savons si ce Suspiria revisité par le réalisateur sicilien Luca Guadagnino sera à la hauteur de son illustre prédécesseur, mais nous savons déjà que la puissance vocale et le travail harmonique du grand Thom Yorke au sein de Radiohead et en solo peuvent maintenant s’étendre à la composition de bandes originales de films.