Mermonte - Mouvement

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De qui parle-t-on ? :

Collectif français, actif depuis 2010, fondé par le musicien et chanteur Ghislain Fracapane, accompagné des musiciens Pierre Marais, Matthieu Noblet, Régis Rollant, Julien Lemonnier, Mathieu Fisson, de la claviériste Ellie James et de la violoniste Amandine Jeanclaude.

 

De quoi parle-t-on ? :

Pop-rock enlevé et mélancolique construit à base d’instruments « classique », à l’instar du style que propose aussi le combo suisse Orchestre Tout Puissant Marcel Duchamp.

 

Rythme :

-          Je me suis endormi dans mon fauteuil

-          Ne me perturbe pas quand je lis en même temps

-          Mes pieds se mettent à bouger

-          Je me lève et je fais la danse de l’épaule

-          Mes enfants sautent comme des cabris dans la pièce

Certes, quelques moments très enlevés, mais finalement un ensemble à dominante mélancolique qui, à l’inverse du titre de l’album, incite peu au mouvement.  

 

Accessibilité :

-          Après plusieurs écoutes je n’ai toujours pas saisi la mélodie

-          Plusieurs écoutes sont nécessaires avant d’apprécier la mélodie

-          Mélodie agréable mais sans aspérité

-          Les refrains entrent directement dans ma tête

-          Que des hits taillés pour les stades

Une musicalité magnifiée par le jeu des ambiances et la multitude d’instruments utilisés.  

 

Audience :

-          Musique que madame me demande de réécouter

-          Peut-être écouté en famille sans déranger madame

-          Madame s’en va quand je l’écoute

-          Tellement bizarre que je fais attention d’être seul pour l’écouter

-          Tellement bruyant que mes voisins ne me parlent plus

Le collectif rennais devrait sensiblement augmenter son panel de suiveurs avec ce nouvel album très pop.

 

Qualité audiophile :

-          J’ai l’impression que c’est mon voisin qui écoute l’album

-          Le format MP3 n’altérera pas trop l’écoute

-          S’écoute impérativement en format non compressé (CD ou autre)

Ensemble parfois proche de la musique classique qui goute donc très peu les affres de la compression.

 

Conclusion :

-          Je l’ai écouté une fois mais c’est une fois de trop

-          Après plusieurs écoutes j’ai du mal à m’y faire

-          Je l’écoute facilement mais sans émotion

-          J’ai beaucoup de plaisir à l’écouter

-          Il tourne en boucle sur ma platine

 

Le collectif rennais Mermonte sort son troisième opus, Mouvement, patronyme certainement inspiré de l’élan perpétuel et de la grande originalité de cette musique.

Un orchestre classique déguisé en combo pop, ce n’est pas nouveau, les suisses d’Orchestre Tout Puissant Marcel Duchamp l’on déjà brillamment testé, mais Mermonte amène ce format à un niveau bien supérieur. Dès les premières notes du sublime et mélancolique Acroamatic l’on tombe sous le charme de cet art poussé à l’extrême de la mélodie et de cette science instrumentale tout bonnement hors du commun. De la pop sautillante de Time Travel, jusqu’à la langueur dépouillée de X3_X13, magnifiquement interprétée par Stuart Smith dont le chant rappelle parfois étrangement celui de Brian Molko, en passant par le rock tonitruant du puissant Motorique ou encore par l’hommage appuyé aux légendaires américains de Tortoise sur l’instrumental Atma, jamais l’on ne semble atteindre les limites du talent harmonique du collectif emmené par Ghislain Fracapane. Deux légendes de la pop française l’on d’ailleurs bien compris, Laëtitia Sadier, vocaliste des mythiques britanniques de Stereolab, et l’immense Dominique A n’hésitent pas à prêter main-forte (et voix-forte) respectivement sur Les Cris De L’appelant et sur Les Forces De L’ailleurs.

Audiorama avait déjà fortement impressionné en 2014, Mouvement ouvre aujourd’hui d’autres champs musicaux et expose enfin la pop orchestrale de Mermonte à la lumière rayonnante de la notoriété.