Florence And The Machine - High As Hope

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De qui parle-t-on ? :

Groupe anglais, actif depuis 2007, évidemment emmené par sa chanteuse charismatique Florence Welch, accompagnée principalement de la claviériste Isabella Summers et des musiciens Robert Ackroyd et Tom Monger.

 

De quoi parle-t-on ? :

Pop synthétique et puissante dont l’originalité principale réside dans le chant phénoménal de la belle Florence Welch.  

 

Rythme :

-          Je me suis endormi dans mon fauteuil

-          Ne me perturbe pas quand je lis en même temps

-          Mes pieds se mettent à bouger

-          Je me lève et je fais la danse de l’épaule

-          Mes enfants sautent comme des cabris dans la pièce

Quelques moments de très haute intensité, notamment lorsque Florence Welch entraine son chant au sommet de sa puissance, mais aussi de purs instants de dépouillement qui annihilent finalement les trop grandes envies de mouvement.

 

Accessibilité :

-          Après plusieurs écoutes je n’ai toujours pas saisi la mélodie

-          Plusieurs écoutes sont nécessaires avant d’apprécier la mélodie

-          Mélodie agréable mais sans aspérité

-          Les refrains entrent directement dans ma tête

-          Que des hits taillés pour les stades

A l’instar de ses prédécesseurs, ce nouvel opus est une ode à la fluidité harmonique.

 

Audience :

-          Musique que madame me demande de réécouter

-          Peut-être écouté en famille sans déranger madame

-          Madame s’en va quand je l’écoute

-          Tellement bizarre que je fais attention d’être seul pour l’écouter

-          Tellement bruyant que mes voisins ne me parlent plus

Bien qu’elle conserve un certain esprit d’indépendance, cette musique est taillée pour plaire au grand public.

 

Qualité audiophile :

-          J’ai l’impression que c’est mon voisin qui écoute l’album

-          Le format MP3 n’altérera pas trop l’écoute

-          S’écoute impérativement en format non compressé (CD ou autre)

Les envolées vocales de Florence Welch ne peuvent se satisfaire des affres de la compression.

 

Conclusion :

-          Je l’ai écouté une fois mais c’est une fois de trop

-          Après plusieurs écoutes j’ai du mal à m’y faire

-          Je l’écoute facilement mais sans émotion

-          J’ai beaucoup de plaisir à l’écouter

-          Il tourne en boucle sur ma platine

 

Si les radars de l’originalité ne détectent aucune variation significative dans les arpèges de cette indie-pop synthétique et addictive, l'on peut tout de même admettre que l'on prend toujours un certain plaisir à l'écoute des harmonies tubesques concoctées par les britanniques de Florence And The Machine.

Sur ce nouveau High As Hope, l’on retrouve évidemment les trémolos sublimes et surpuissants de la sorcière rouge Florence Welch, sel essentiel de ces nouvelles mélodies. La musique a finalement peu d’importance tant la voix de la londonienne occupe l’espace. Qu’elles soient accompagnées d’un simple piano (Grace, The End Of Love) ou entrainées dans des envolées synthpop (Hunger, South London Forever, Patricia), ces vocalises divines se fondent magnifiquement dans le paysage… pour mieux dynamiter la forme musicale convenue de cet ensemble.  

La machine n’est donc pas encore enrayée, pour la quatrième fois elle rend une copie honorable, certes sans amélioration notable du processus de fabrication, mais dans un souci constant d’effleurer le graal de la perfection.