Arctic monkeys - Tranquility Base Hotel & Casino

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De qui parle-t-on ? :

Groupe anglais, actif depuis 2002, composé d’Alex Turner, Jamie Cook, Matt Helders et Nick O'Malley.

 

De quoi parle-t-on ? :

La britpop a radicalement disparu et laisse place aujourd’hui a un mélange mielleux de pop langoureuse et d’effluves jazzy.

 

Rythme :

-          Je me suis endormi dans mon fauteuil

-          Ne me perturbe pas quand je lis en même temps

-          Mes pieds se mettent à bouger

-          Je me lève et je fais la danse de l’épaule

-          Mes enfants sautent comme des cabris dans la pièce

L’on est aujourd’hui à des années lumières du rock furieux des origines.

 

Accessibilité :

-          Après plusieurs écoutes je n’ai toujours pas saisi la mélodie

-          Plusieurs écoutes sont nécessaires avant d’apprécier la mélodie

-          Mélodie agréable mais sans aspérité

-          Les refrains entrent directement dans ma tête

-          Que des hits taillés pour les stades

Que l’on aime ou non ce nouveau style, force est de constater que le combo demeure un expert en science harmonique.  

 

Audience :

-          Musique que madame me demande de réécouter

-          Peut-être écouté en famille sans déranger madame

-          Madame s’en va quand je l’écoute

-          Tellement bizarre que je fais attention d’être seul pour l’écouter

-          Tellement bruyant que mes voisins ne me parlent plus

Paradoxalement, cet ensemble très harmonieux ne dégage pas vraiment de singles accrocheurs pour le grand public. 

 

Qualité audiophile :

-          J’ai l’impression que c’est mon voisin qui écoute l’album

-          Le format MP3 n’altérera pas trop l’écoute

-          S’écoute impérativement en format non compressé (CD ou autre)

Même s’ils sont vains, les efforts jazzy du combo méritent d’être écoutés dans la décompression.

 

Conclusion :

-          Je l’ai écouté une fois mais c’est une fois de trop

-          Après plusieurs écoutes j’ai du mal à m’y faire

-          Je l’écoute facilement mais sans émotion

-          J’ai beaucoup de plaisir à l’écouter

-          Il tourne en boucle sur ma platine

 

Changement radical dans l’orientation musicale des Arctic Monkeys. L’un des fers de lance de la scène rock britannique réalise aujourd’hui un album de pop jazzy à la gloire de son crooner, Alex Turner.

Dire que la première écoute de ce nouvel opus est fort déroutante est un doux euphémisme. AM avait déjà marqué un apaisement dans le rock tonitruant des Arctic Monkeys, mais était loin d’annoncer un tel bouleversement. Le combo choisit une ligne musicale, où le piano devient l’instrument de prédilection, située entre la pop doucereuse d’un Scott Walker et l’accompagnement jazzy d’un crooner à la Frank Sinatra. Tout cela est bien joli, très agréable à entendre, mais provoque au final peu d’émotions, voire même une certaine indifférence. Beaucoup crieront évidemment au génie, arguant que les anglais sont capables d’exceller dans tous les styles, même dans les plus lointains de leurs influences d’origine. D’autres, à l’instar de votre serviteur, trouveront le changement un peu brutal et auront beaucoup de mal à s’attacher à ce Tranquility Base Hotel & Casino

Reste à savoir maintenant si ce style mielleux ne sera proposé que sur cet opus ou s’il représente une orientation durable dans la carrière des originaires de Sheffield. Dans le premier cas, l’on comprendra aisément que le groupe souhaite se payer un petit kiff et l’on attendra alors bien sagement le prochain exercice, si cela devait par contre perdurer, il est bien entendu que cette direction risquerait d’impacter lourdement la fanbase pléthorique des Arctic Monkeys