The Voidz - Virtue

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De qui parle-t-on ? :

Groupe américain, actif depuis 2013, évidemment créé et emmené par le chanteur des immenses Strokes, Julian Casablancas, accompagné des musiciens Amir Yaghmai, Jeramy Gritter, Jacob Bercovici, Jeff Kite et Alex Carapetis.

 

De quoi parle-t-on ? :

Album qui aborde toutes les variations du rock, sa version la plus lourde, le métal, et ses visions plus éthérées comme le pop-rock, le folk-rock et l’electro-rock.

 

Rythme :

-          Je me suis endormi dans mon fauteuil

-          Ne me perturbe pas quand je lis en même temps

-          Mes pieds se mettent à bouger

-          Je me lève et je fais la danse de l’épaule

-          Mes enfants sautent comme des cabris dans la pièce

Un rythme très élevé, parfois proche du speed-metal, qui permet aisément de s’adonner à la pratique du air-guitar et du headbanging.

 

Accessibilité :

-          Après plusieurs écoutes je n’ai toujours pas saisi la mélodie

-          Plusieurs écoutes sont nécessaires avant d’apprécier la mélodie

-          Mélodie agréable mais sans aspérité

-          Les refrains entrent directement dans ma tête

-          Que des hits taillés pour les stades

Le groupe alterne les ambiances, passant de l’extrême violence au dépouillement du folk. Mieux vaut dans ce cadre prévoir plusieurs écoutes.

 

Audience :

-          Musique que madame me demande de réécouter

-          Peut-être écouté en famille sans déranger madame

-          Madame s’en va quand je l’écoute

-          Tellement bizarre que je fais attention d’être seul pour l’écouter

-          Tellement bruyant que mes voisins ne me parlent plus

Ce style de rock « graisseux » est loin d’être l’apanage du grand public.

 

Qualité audiophile :

-          J’ai l’impression que c’est mon voisin qui écoute l’album

-          Le format MP3 n’altérera pas trop l’écoute

-          S’écoute impérativement en format non compressé (CD ou autre)

Rock certes bruyant, mais aussi simpliste et répétitif, qui ne perdra pas son essence en format compressé.

 

Conclusion :

-          Je l’ai écouté une fois mais c’est une fois de trop

-          Après plusieurs écoutes j’ai du mal à m’y faire

-          Je l’écoute facilement mais sans émotion

-          J’ai beaucoup de plaisir à l’écouter

-          Il tourne en boucle sur ma platine

 

Contrairement à Albert Hammond Jr, qui prolonge en solo le travail de son groupe officiel, The Strokes, Julian Casablancas s’éloigne de ce cocon « familial » possessif et choisit d’explorer bien d’autres contrées musicales.   

Dans ce nouvel album, qui va du folk lo-fi (Think Before You Drink) au heavy-metal furieux (Pyramid Of Bones, We’re Where We Were) en passant par les joies de l’electro (All Wordz Are Made Up, l’étrange et oriental Qyurryus) ou encore de la pop (Leave It In My Dreams, Lazy Boy), rien ne semble arrêter Julian Casablancas dans sa soif de découverte musicale. Prendre tant de directions, défricher tant de pistes aurait pu entrainer le new-yorkais dans une impasse. Mais l’expérience déjà acquise par notre bonhomme avec les Strokes, en solo ou lors de multiples collaborations et le secours bienvenu des autres membres des Voidz entrainent Virtue vers les sommets de la diversité et du psychédélisme.

Dire que le style monomaniaque et lourd du premier album des Voidz, Tyranny, avait peu convaincu est un doux euphémisme. Avec Virtue, Julian Casablancas corrige le tir et remet aujourd’hui son groupe dans la clarté de la scène rock.