Liam Gallagher - As You Were

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 De qui parle-t-on ? :

Songwriter et chanteur anglais, actif depuis 1991, évidemment leader et agitateur en d’autres temps, avec son frère Noel, des immenses Oasis.

 

De quoi parle-t-on ? :

Liam Gallagher n’abandonne pas le style qui a autrefois fait la gloire d’Oasis.

 

Rythme :

-          Je me suis endormi dans mon fauteuil

-          Ne me perturbe pas quand je lis en même temps

-          Mes pieds se mettent à bouger

-          Je me lève et je fais la danse de l’épaule

-          Mes enfants sautent comme des cabris dans la pièce

Malgré la puissance rock de certains morceaux, cette musique imprime un tempo plutôt intermédiaire.

 

Accessibilité :

-          Après plusieurs écoutes je n’ai toujours pas saisi la mélodie

-          Plusieurs écoutes sont nécessaires avant d’apprécier la mélodie

-          Mélodie agréable mais sans aspérité

-          Les refrains entrent directement dans ma tête

-          Que des hits taillés pour les stades

Le mancunien retrouve la fraicheur mélodique des premiers albums d’Oasis.  

 

Audience :

-          Musique que madame me demande de réécouter

-          Peut-être écouté en famille sans déranger madame

-          Madame s’en va quand je l’écoute

-          Tellement bizarre que je fais attention d’être seul pour l’écouter

-          Tellement bruyant que mes voisins ne me parlent plus

Les titres Wall Of Glass, For What It’s Worth et Come Back To Me devraient propulser le britannique en tête des hit-parades.   

 

Qualité audiophile :

-          J’ai l’impression que c’est mon voisin qui écoute l’album

-          Le format MP3 n’altérera pas trop l’écoute

-          S’écoute impérativement en format non compressé (CD ou autre)

Britpop calibrée pour le passage radio… et pour la compression.

 

Conclusion :

-          Je l’ai écouté une fois mais c’est une fois de trop

-          Après plusieurs écoutes j’ai du mal à m’y faire

-          Je l’écoute facilement mais sans émotion

-          J’ai beaucoup de plaisir à l’écouter

-          Il tourne en boucle sur ma platine

 

Intéressons-nous aujourd’hui à l’un des fossoyeurs du combo britannique Oasis, le cadet de la fratrie Gallagher, Liam.

Alors que Noel avait rendu une copie plus qu’intéressante avec l’excellent Chasing Yesterday en 2015, notre bonhomme à l’égo surdimensionné ne pouvait se résoudre à laisser son frère occuper ainsi l’espace musical.

Bien que dans notre for intérieur, pour lui faire payer au prix fort ce monumental gâchis, nous souhaitions voir ce perturbateur au melon disproportionné se vautrer lamentablement, nous devons « malheureusement » admettre que ce retour aux affaires rock est plutôt une réussite. Dans une veine toute « Oasisienne », le puissant et tubesque Wall Of Glass démarre en fanfare ce nouvel album. L'attachant et aseptisé Bold confirme les bonnes intentions mélodiques de Liam Gallagher. L'anglais enfonce définitivement le clou de ses aptitudes rock en martelant férocement le tribal Greedy Soul. S’ensuivent alors les ballades Paper Crown, For What It's Worth et When I’m In Need, ilot de décompression salutaire avant une nouvelle plongée dans le magma rock de You Better Run et I Get By. Jusqu’aux dernières notes du très pop I’ve All I Need nous n’arriverons décidément pas à trouver la moindre faute de gout ou le moindre écart de conduite. As You Were efface donc d’un revers de main la peu convaincante période Beady Eye et lance officiellement la carrière solo de Liam Gallagher.

Cette musique ancrée dans les certitudes britpop du mancunien ne bouleversera évidemment pas l’ordre des choses. Mais il faut reconnaitre que ce rock mélodique et lumineux, éraillé par cette gouaille inimitable, captive aisément l’auditeur et force encore une fois le respect.