Wolf Alice - Visions Of A Life

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De qui parle-t-on ? :

Groupe anglais, actif depuis 2010, composé de la guitariste et chanteuse Ellie Rowsell et des musiciens Joff Oddie, Theo Ellis et Joel Amey.

 

De quoi parle-t-on ? :

Groupe bien ancré dans le rock britannique d’aujourd’hui qui n’hésite pas à sauter d’un genre à l’autre, en l’occurrence ici le shoegazing, le punk-rock et la pop.

 

Rythme :

-          Je me suis endormi dans mon fauteuil

-          Ne me perturbe pas quand je lis en même temps

-          Mes pieds se mettent à bouger

-          Je me lève et je fais la danse de l’épaule

-          Mes enfants sautent comme des cabris dans la pièce

Un pogo furieux sur Yuk Foo et Space & Time, la piste de danse sur les entrainants Beautifully Unconventional et Sadboy ou le air-guitar sur les intenses Formidable Cool et Visions Of A Life, les raisons de se lever à l’écoute de cet album sont nombreuses.  

 

Accessibilité :

-          Après plusieurs écoutes je n’ai toujours pas saisi la mélodie

-          Plusieurs écoutes sont nécessaires avant d’apprécier la mélodie

-          Mélodie agréable mais sans aspérité

-          Les refrains entrent directement dans ma tête

-          Que des hits taillés pour les stades

A l’instar des britanniques de Daughter, les Wolf Alice favorisent en priorité la fluidité harmonique.

 

Audience :

-          Musique que madame me demande de réécouter

-          Peut-être écouté en famille sans déranger madame

-          Madame s’en va quand je l’écoute

-          Tellement bizarre que je fais attention d’être seul pour l’écouter

-          Tellement bruyant que mes voisins ne me parlent plus

Malgré la tendance pop très marquée, les intonations noisy de cette musique feront fuir une bonne partie du grand public.   

 

Qualité audiophile :

-          J’ai l’impression que c’est mon voisin qui écoute l’album

-          Le format MP3 n’altérera pas trop l’écoute

-          S’écoute impérativement en format non compressé (CD ou autre)

Difficile de compresser ces arpèges multi-genres à l’emballage bruitiste.

 

Conclusion :

-          Je l’ai écouté une fois mais c’est une fois de trop

-          Après plusieurs écoutes j’ai du mal à m’y faire

-          Je l’écoute facilement mais sans émotion

-          J’ai beaucoup de plaisir à l’écouter

-          Il tourne en boucle sur ma platine

 

Après une entrée en matière magistrale avec l’excellent My Love Is Cool, il était temps pour le quatuor britannique de se confronter à l’obstacle périlleux du second album.

Visions Of A Life entame les festivités dans les fulgurances shoegaze du brillant Heavenward. Yuk Foo, anagramme de l’insulte préférée de nos amis anglosaxons, est un brulot punk-rock qui exacerbe les hurlements et les invectives de la belle Ellie Rowsell. Le noisy-rock est omniprésent sur ce nouvel opus, mais il atteint son paroxysme sur les bouillants Formidable Cool et Space & Time. Beautifully Unconventional et Don’t Delete The Kisses, les deux singles incontournables de cet album, exhibent quant à eux les aptitudes pop du combo londonien. Sans montrer le moindre signe de faiblesse, Wolf Alice alterne encore la power-pop de Sky Musings ou Sadboy avec les ballades St. Purple & Green et After The Zero Hour. L’album se referme comme il avait commencé, dans les effluves shoegaze de l’éponyme Visions Of A Life.  

A l’instar de nombre de leurs compatriotes musiciens, les britanniques de Wolf Alice, dans une version légèrement plus bruitiste que sur leur précédent exercice, font perdurer cet esprit d’indépendance et d’originalité qui confère au rock anglais sa touche unique et sa grandeur.