Angus & Julia Stone - Snow

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De qui parle-t-on ? :

Comme son nom l’indique, duo australien, actif depuis 2006, composé de la fratrie de musiciens et chanteurs Angus et Julia Stone.

 

De quoi parle-t-on ? :

La pop grand public prend aujourd’hui un avantage quasi définitif sur la folk-music.

 

Rythme :

-          Je me suis endormi dans mon fauteuil

-          Ne me perturbe pas quand je lis en même temps

-          Mes pieds se mettent à bouger

-          Je me lève et je fais la danse de l’épaule

-          Mes enfants sautent comme des cabris dans la pièce

Un peu plus d’entrain et quelques sonorités synthpop réhaussent encore le tempo de la musique du duo australien.  

 

Accessibilité :

-          Après plusieurs écoutes je n’ai toujours pas saisi la mélodie

-          Plusieurs écoutes sont nécessaires avant d’apprécier la mélodie

-          Mélodie agréable mais sans aspérité

-          Les refrains entrent directement dans ma tête

-          Que des hits taillés pour les stades

Les Stone s’affranchissent de la tristesse folk pour explorer un peu plus les joies de la fluidité pop.

 

Audience :

-          Musique que madame me demande de réécouter

-          Peut-être écouté en famille sans déranger madame

-          Madame s’en va quand je l’écoute

-          Tellement bizarre que je fais attention d’être seul pour l’écouter

-          Tellement bruyant que mes voisins ne me parlent plus

A l’instar de son prédécesseur, Snow est une collection de singles pop.   

 

Qualité audiophile :

-          J’ai l’impression que c’est mon voisin qui écoute l’album

-          Le format MP3 n’altérera pas trop l’écoute

-          S’écoute impérativement en format non compressé (CD ou autre)

Le musique du duo est maintenant plus proche de la pop que du folk et donc beaucoup plus facilement compressible.

 

Conclusion :

-          Je l’ai écouté une fois mais c’est une fois de trop

-          Après plusieurs écoutes j’ai du mal à m’y faire

-          Je l’écoute facilement mais sans émotion

-          J’ai beaucoup de plaisir à l’écouter

-          Il tourne en  boucle sur ma platine

 

Plus encore que sur son précédent album, le duo australien appuie intensément sur le curseur de la pop grand public.   

Un gimmick accrocheur à l’entame de chacun de ces nouveaux morceaux, un côté synthpop qui éloigne le combo de Sydney des rivages du folk et des tubes à la pelle, voici le menu que nous propose ce nouvel opus. Snow, Chateau, Cellar Door et Baudelaire, pour ne citer que les plus évidents, sont autant de pépites fédératrices taillées pour satisfaire le très large auditoire d’Angus et Julia Stone. Si la confirmation de cette orientation pop n’enlève rien au talent d’écriture de la fratrie australienne, l’on regrettera simplement l’abandon quasi définitif de la mélancolie folk et cette tristesse dans le chant qui pouvait notamment porter la voix de Julia Stone au firmament du genre, aux côtés d’une Alela Diane ou d’une Laura Veirs. Seuls les langoureux Nothing Else, Bloodhound et Sylvester Stallone rappellent encore ce penchant déclinant pour le dépouillement et pour l’affliction.

Les inconditionnels intransigeants de la folk-music ne trouveront évidemment pas leur compte à l’écoute de ce nouvel opus… mais qui s’en soucie finalement ? Certainement pas les nombreux fans qui loueront une nouvelle fois le songwriting lumineux du duo et offriront à Snow le raz de marée populaire qu’il mérite.