Hoops - Routines

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De qui parle-t-on ? :

Trio américain composé de Drew Auscherman, Keagan Beresford et Kevin Krauter.  

 

De quoi parle-t-on ? :

Rock indépendant enjoué et lo-fi, légèrement shoegaze, qui épouse un style très présent de l’autre côté de l’Atlantique.

 

Rythme :

-          Je me suis endormi dans mon fauteuil

-          Ne me perturbe pas quand je lis en même temps

-          Mes pieds se mettent à bouger

-          Je me lève et je fais la danse de l’épaule

-          Mes enfants sautent comme des cabris dans la pièce

Qui résistera à l’appel au mouvement lancé par Sun’s Out, Rules ou Benjals ?

 

Accessibilité :

-          Après plusieurs écoutes je n’ai toujours pas saisi la mélodie

-          Plusieurs écoutes sont nécessaires avant d’apprécier la mélodie

-          Mélodie agréable mais sans aspérité

-          Les refrains entrent directement dans ma tête

-          Que des hits taillés pour les stades

A l’instar d’un Cayucas ou d’un Ducktails, Hoops s’impose déjà comme un chantre de l’instantanéité.

 

Audience :

-          Musique que madame me demande de réécouter

-          Peut-être écouté en famille sans déranger madame

-          Madame s’en va quand je l’écoute

-          Tellement bizarre que je fais attention d’être seul pour l’écouter

-          Tellement bruyant que mes voisins ne me parlent plus

Cet album est une compilation de singles pop-rock, mais le style assez convenu trouvera peu d’écho auprès du grand public.

 

Qualité audiophile :

-          J’ai l’impression que c’est mon voisin qui écoute l’album

-          Le format MP3 n’altérera pas trop l’écoute

-          S’écoute impérativement en format non compressé (CD ou autre)

La production légèrement lo-fi ne gêne pas la compression de cette musique au rythme enlevé et monocorde.

 

Conclusion :

-          Je l’ai écouté une fois mais c’est une fois de trop

-          Après plusieurs écoutes j’ai du mal à m’y faire

-          Je l’écoute facilement mais sans émotion

-          J’ai beaucoup de plaisir à l’écouter

-          Il tourne en boucle sur ma platine

 

Hoops, énième groupe de rock indépendant venu des Etats-Unis, présente Routines, son premier essai aux intonations festives et lo-fi.

Pourquoi s’intéresser au trio de Bloomington plutôt qu’à un autre combo de rock américain ? Le style de Hoops ne révolutionne pas grand-chose et les groupes positionnés sur le même créneau se bousculent au portillon. Peut-être est-ce le parcours atypique de son fondateur, Drew Auscherman, d’abord branché sur un projet solo aux contours synthétique avant de s’associer à ses deux acolytes pour transformer Hoops en une réelle entité rock ? Toujours est-il que cette musique joyeuse, aux percussions entêtantes et au chant semblant venir de la pièce d’à côté, rappelle ce qui se fait de mieux actuellement outre-Atlantique, Ducktails, The Real Estate, Cayucas ou encore Best Coast. Sans tomber dans le train-train prôné par son titre, Routines enchaine sans grande difficulté les singles pop-rock. Sun’s Out, Rules, On Top, Benjals ou encore On Letting Go, pour ne citer que les plus évidents, sont autant de friandises succulentes acidulées au noisy-rock.

Ce nouveau venu sur la scène américaine ne transpire pas vraiment l’originalité, mais son Routines contient pourtant assez de signaux positifs pour lui permettre d’être exposé aux radars de la détection des artistes en devenir.