Japandroids - Near to the wild heart of life

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De qui parle-t-on ? :

Duo canadien, actif depuis 2006, composé de Brian King et David Prowse.

 

De quoi parle-t-on ? :

Le duo sort du punk-rock un peu crado pour produire un rock léché et noisy calibré pour le passage en radio.

 

Rythme :

-          Je me suis endormi dans mon fauteuil

-          Ne me perturbe pas quand je lis en même temps

-          Mes pieds se mettent à bouger

-          Je me lève et je fais la danse de l’épaule

-          Mes enfants sautent comme des cabris dans la pièce

Du rythme, de la chaleur, un son énorme, idéal pour la pratique du headbanging et du air-guitar.

 

Accessibilité :

-          Après plusieurs écoutes je n’ai toujours pas saisi la mélodie

-          Plusieurs écoutes sont nécessaires avant d’apprécier la mélodie

-          Mélodie agréable mais sans aspérité

-          Les refrains entrent directement dans ma tête

-          Que des hits taillés pour les stades

Des mélodies plutôt accrocheuses mais emballées dans un cocon noisy qu’il faut d’abord décortiquer.

 

Audience :

-          Musique que madame me demande de réécouter

-          Peut-être écouté en famille sans déranger madame

-          Madame s’en va quand je l’écoute

-          Tellement bizarre que je fais attention d’être seul pour l’écouter

-          Tellement bruyant que mes voisins ne me parlent plus

Même si le combo devrait augmenter considérablement son capital public, ce style bruitiste et violent demeurera assez confidentiel.

 

Qualité audiophile :

-          J’ai l’impression que c’est mon voisin qui écoute l’album

-          Le format MP3 n’altérera pas trop l’écoute

-          S’écoute impérativement en format non compressé (CD ou autre)

Un rock plus mélodique mais un son noisy toujours très présent et beaucoup plus audible en format décompressé.

 

Conclusion :

-          Je l’ai écouté une fois mais c’est une fois de trop

-          Après plusieurs écoutes j’ai du mal à m’y faire

-          Je l’écoute facilement mais sans émotion

-          J’ai beaucoup de plaisir à l’écouter

-          Il tourne en boucle sur ma platine

 

Un rock mélodique, du bruit certes mais plutôt maitrisé, pas la moindre expérimentation à l’horizon! Mais est-ce bien un album des Japandroids que j’écoute là?

Brian King et David Prowse ajoutent une dose homéopathique de pop dans leur punk-rock hardcore et saturé. Même si l’on sent déjà poindre au loin une certaine dose de musicalité, le titre éponyme Near To The Wild Heart Of Life ouvre cet opus dans une sauvagerie bien connue. Sur le sautillant North East South West, les originaires de Vancouver ne cachent plus leurs intentions pop, le titre est tout simplement un single imparable. La tendance se confirme sur True Love And Free Life Of Free Will, les arpèges sont mélodieux, le chant est limpide et le tout forme un excellent tube de college rock. Il faut attendre les bouillants I’m Sorry et Arc Of Bar pour retrouver le noisy-rock habituellement cher au Japandroids. L’album se termine avec trois morceaux harmonieux au très « gros son » rock, style très prisé aux Etats-Unis par les radios spécialisées et par le public.         

Après deux albums de musique furieuse et de hurlements en tous genres, le temps de l’évolution est venu pour le duo canadien. Certains fidèles de la première heure crieront à la trahison, mais ceux qui prendront la peine d’explorer cet opus en profondeur ne tarderont pas à le considérer comme le digne successeur du fantastique Celebration Rock.