Angel Olsen - My Woman

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De qui parle-t-on ? :

Chanteuse et musicienne américaine, active depuis 2010.

 

De quoi parle-t-on ? :

Rock, folk et Country sont toujours les trois mamelles de la musique d’Angel Olsen.

 

Rythme :

-          Je me suis endormi dans mon fauteuil

-          Ne me perturbe pas quand je lis en même temps

-          Mes pieds se mettent à bouger

-          Je me lève et je fais la danse de l’épaule

-          Mes enfants sautent comme des cabris dans la pièce

A l’instar de son précédent opus, Angel Olsen alterne les ballades avec un rock mid-tempo qui permet tout au plus de battre la mesure.

 

Accessibilité :

-          Après plusieurs écoutes je n’ai toujours pas saisi la mélodie

-          Plusieurs écoutes sont nécessaires avant d’apprécier la mélodie

-          Mélodie agréable mais sans aspérité

-          Les refrains entrent directement dans ma tête

-          Que des hits taillés pour les stades

On s’imprègne très vite de la première partie de l’album, la seconde en revanche, plus introspective, demande plusieurs écoutes.

 

Audience :

-          Musique que madame me demande de réécouter

-          Peut-être écouté en famille sans déranger madame

-          Madame s’en va quand je l’écoute

-          Tellement bizarre que je fais attention d’être seul pour l’écouter

-          Tellement bruyant que mes voisins ne me parlent plus

Difficile d’accrocher l’auditeur lambda avec ces chansons langoureuses à la grande mélancolie.

  

Qualité audiophile :

-          J’ai l’impression que c’est mon voisin qui écoute l’album

-          Le format MP3 n’altérera pas trop l’écoute

-          S’écoute impérativement en format non compressé (CD ou autre)

Une production plus aérée et plus ambitieuse permet maintenant une écoute en format compressé.

 

Conclusion :

-          Je l’ai écouté une fois mais c’est une fois de trop

-          Après plusieurs écoutes j’ai du mal à m’y faire

-          Je l’écoute facilement mais sans émotion

-          J’ai beaucoup de plaisir à l’écouter

-          Il tourne en  boucle sur ma platine

 

En 2014, le magnifique Burn Your Fire For No Witness avait déjà mis en lumière les compétences multiples de la belle américaine. Avec sa petite touche lo-fi, cet opus alternait avec bonheur et sans états d’âmes le shoegazing, le folk et la country.

La première chose que l’on remarque lors de l’écoute initiale de My Woman est la qualité de production, Angel Olsen abandonne les ambiances étriquées de la lo-fi et se paie les grands espaces. L’album démarre dans la douceur avec le langoureux et lumineux Intern. Never Be Mine est une chanson pop, nouvelle couleur dans la palette de nuances de la native de Saint-Louis. Viennent ensuite trois chansons rock, Shut Up Kiss Me, Give It Up et Not Gonna Kill You, qui s’éloignent un tantinet du noisy-rock de l’opus précédent pour se rapprocher des arpèges classieux de l’immense Kurt Vile. La deuxième partie de l’album oscille entre ballades folk et country-rock, l’enchainement de ces cinq morceaux démontre à quel point la collaboration d’Angel Olsen avec Will Oldham, du temps de Bonnie Prince Billy, influence aujourd’hui le travail de l’américaine.

My Woman fait donc largement aussi bien que son prédécesseur Burn Your Fire For No Witness. Les efforts de production permettent de plus d’apprécier à leur juste valeur le talent musical et l’insondable profondeur de la voix d’Angel Olsen.