Wilco - Schmilco

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De qui parle-t-on ? :

Groupe américain, actif depuis 1994, composé de son leader et chanteur Jeff Tweedy, accompagné des musiciens Glenn Kotche, John Stirratt, Nels Cline, Mikael Jorgensen et Pat Sansone.

 

De quoi parle-t-on ? :

Folk-music dépouillée et langoureuse, très seventies, à l’image de ce que le groupe réalise depuis le début de sa carrière.  

 

Rythme :

-          Je me suis endormi dans mon fauteuil

-          Ne me perturbe pas quand je lis en même temps

-          Mes pieds se mettent à bouger

-          Je me lève et je fais la danse de l’épaule

-          Mes enfants sautent comme des cabris dans la pièce

Seuls deux ou trois morceaux nous empêchent de tomber dans un profond sommeil…

 

Accessibilité :

-          Après plusieurs écoutes je n’ai toujours pas saisi la mélodie

-          Plusieurs écoutes sont nécessaires avant d’apprécier la mélodie

-          Mélodie agréable mais sans aspérité

-          Les refrains entrent directement dans ma tête

-          Que des hits taillés pour les stades

Il est difficile d’écouter cet album d’une seule traite tant l’ennui nous gagne très vite.

 

Audience :

-          Musique que madame me demande de réécouter

-          Peut-être écouté en famille sans déranger madame

-          Madame s’en va quand je l’écoute

-          Tellement bizarre que je fais attention d’être seul pour l’écouter

-          Tellement bruyant que mes voisins ne me parlent plus

Mince, madame aussi s’est endormie...

 

Qualité audiophile :

-          J’ai l’impression que c’est mon voisin qui écoute l’album

-          Le format MP3 n’altérera pas trop l’écoute

-          S’écoute impérativement en format non compressé (CD ou autre)

Le cocon douillet de cette folk-music ne résistera pas aux bruits extérieurs imposés aux auditeurs nomades.

 

Conclusion :

-          Je l’ai écouté une fois mais c’est une fois de trop

-          Après plusieurs écoutes j’ai du mal à m’y faire

-          Je l’écoute facilement mais sans émotion

-          J’ai beaucoup de plaisir à l’écouter

-          Il tourne en  boucle sur ma platine

 

Tout au long de leur carrière les américains de Wilco n’auront eu de cesse de peaufiner leur sens du contrepied musical.

Attendus sur un terrain plutôt électrique suite à la sortie du bouillant Star Wars, Jeff Tweedy et ses acolytes nous entrainent finalement sur un sol désertique et intimiste. Ce n’est pas la première fois que Wilco explore ces contrées au dépouillement extrême, A Ghost Is Born et Sky Blue Sky avaient en leur temps participé à cet éloge de la lenteur magnifiquement mis en musique par les chicagoans.

Schmilco, dont le patronyme rend hommage à un album de 1971, Nilsson Schmilsson, de l’américain Harry Nilsson, emprunte donc à son tour la route de l’austérité musicale. Le folk langoureux de Normal American Kids ouvre timidement ce nouvel opus. If I Ever Was A Child, Cry All Day puis plus loin dans l’album Someone To Lose et We Aren’t The World (Safety Girl) sont les titres les plus enjoués de ce nouvel exercice et c’est de leur côté que devrait se trouver les singles les plus prisés. Common Sense est une sorte de ballade expérimentale un brin barbante. Le blues-rock de Nope vient tant bien que mal corriger le tir. Schmilco égrène ainsi ce mélange de folk, de pop et de blues très agréable à l’oreille… mais malheureusement la succession des ces douze morceaux sans réelle surprise, laisse un peu l’auditeur sur sa faim. Cet ensemble amorphe, pourtant très court, parait durer une éternité et engendre une lassitude inconnue jusque là sur les albums de Wilco.

Les Wilco, comme à leur habitude, interprètent à merveille ces nouvelles chansons, mais ce brio dans le jeu ne suffit pas à cacher le petit manque d’inspiration entrevu sur ce nouvel opus…