Bleached - Welcome the worms

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De qui parle-t-on ? :

Trio américain, actif depuis 2011, composé des sœurs Clavin, Jennifer et Jessica, et de la bassiste Micayla Grace.

 

De quoi parle-t-on ? :

Punk-rock furieux et mélodique dans la veine du travail des regrettés Ramones.

 

Rythme :

-          Je me suis endormi dans mon fauteuil

-          Ne me perturbe pas quand je lis en même temps

-          Mes pieds se mettent à bouger

-          Je me lève et je fais la danse de l’épaule

-          Mes enfants sautent comme des cabris dans la pièce

Remède indiqué contre l’engourdissement, attention toutefois, une surconsommation peut avoir des effets secondaires et provoquer un pogo enragé.

 

Accessibilité :

-          Après plusieurs écoutes je n’ai toujours pas saisi la mélodie

-          Plusieurs écoutes sont nécessaires avant d’apprécier la mélodie

-          Mélodie agréable mais sans aspérité

-          Les refrains entrent directement dans ma tête

-          Que des hits taillés pour les stades

Rock sauvage mais mélodies imparables à l’image de Wednesday night melody ou Wasted on you.  

 

Audience :

-          Musique que madame me demande de réécouter

-          Peut-être écouté en famille sans déranger madame

-          Madame s’en va quand je l’écoute

-          Tellement bizarre que je fais attention d’être seul pour l’écouter

-          Tellement bruyant que mes voisins ne me parlent plus

Le punk-rock restera à jamais le jardin secret de ses fervents adorateurs.

 

Qualité audiophile :

-          J’ai l’impression que c’est mon voisin qui écoute l’album

-          Le format MP3 n’altérera pas trop l’écoute

-          S’écoute impérativement en format non compressé (CD ou autre)

Rock monocorde et simpliste et chant asséné avec vigueur, pas de problème pour le format compressé. Attention toutefois à la migraine lors d’une écoute prolongée au casque audio.  

 

Conclusion :

-          Je l’ai écouté une fois mais c’est une fois de trop

-          Après plusieurs écoutes j’ai du mal à m’y faire

-          Je l’écoute facilement mais sans émotion

-          J’ai beaucoup de plaisir à l’écouter

-          Il tourne en  boucle sur ma platine

 

Si l’émergence d’un combo de rock féminin était encore un fait remarquable à la fin siècle dernier, il n’en est plus rien de nos jours. Il faut dire que depuis, les Savages, The Organ, The Black Belles, les Plastiscines, les Dum Dum Girls ou autre Deap Vally, ont déferlé sur nos platines telles des amazones sur les contrées sauvages de la Grèce antique.   

Bleached est donc un énième groupe de riot girls qui fait du punk-rock. Mais alors, quel petit plus rend le trio américain si attachant et si attractif? Son art de la mélodie qui rapproche les petits brûlots de Welcome the worms des pépites indispensables des mythiques Ramones, peut-être. Cette urgence et cette furie dans l’interprétation qui nous rappellent Justine Frischmann et ses Elastica le temps d’un album éponyme devenu culte, sans doute. Cette résurgence d’un rock basique à l’instrumentation classique à l’ère du tout électronique, plus surement encore.

Bleached, dont le patronyme est une référence à peine voilée au titre du premier opus des américains de Nirvana, n’a pas la science infuse, son rock n’invente rien et ses références sont criardes. Mais les sœurs Clavin ont pourtant cette petite étincelle qui transforme ce style stéréotypé en curiosité et le goût de rance en fraicheur.