Elbow - The take off landing of everything

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De qui parle-t-on ? :

Groupe Anglais, actif depuis 1997, composé de 5 personnes : Guy Garvey, Mark Potter, Craig Potter, Richard Jupp et Pete Turner.

 

De quoi parle-t-on ? :

Rock au style unique, parfois progressif, parfois Britpop, frisant par instant la sphère de qualité de groupes comme Radiohead ou REM, mais frisant aussi dans de très rares moments, par son style emphatique, le ridicule...

 

Rythme :

-          Je me suis endormi dans mon fauteuil

-          Ne me perturbe pas quand je lis en même temps

-          Mes pieds se mettent à bouger

-          Je me lève et je fais la danse de l’épaule

-          Mes enfants sautent comme des cabris dans la pièce

Ensemble mid-tempo, mais la beatbox d’entrée de Honey sun, le gimmick de Charge ou le rythme plus enlevé de Fly boy blue/Lunette nous font facilement dodeliner le haut du buste.

 

Accessibilité :

-          Après plusieurs écoutes je n’ai toujours pas saisi la mélodie

-          Plusieurs écoutes sont nécessaires avant d’apprécier la mélodie

-          Mélodie agréable mais sans aspérité

-          Les refrains entrent directement dans ma tête

-          Que des hits taillés pour les stades

Les mélodies sont belles mais la complexité dans la structure musicale reste l’apanage du style Elbow.

 

Audience :

-          Musique que madame me demande de réécouter

-          Peut-être écouté en famille sans déranger madame

-          Madame s’en va quand je l’écoute

-          Tellement bizarre que je fais attention d’être seul pour l’écouter

-          Tellement bruyant que mes voisins ne me parlent plus

Depuis l’excellent The Seldom seen kid et son morceau phare, Grounds for divorce, Elbow a atteint la stature internationale… hormis en France où le groupe, malgré un noyau dur de fans, reste assez confidentiel.

  

Qualité audiophile :

-          J’ai l’impression que c’est mon voisin qui écoute l’album

-          Le format MP3 n’altérera pas trop l’écoute

-          S’écoute impérativement en format non compressé (CD ou autre)

Archétype musical qui perdra toute sa saveur en format compressé.

 

Conclusion :

-          Je l’ai écouté une fois mais c’est une fois de trop

-          Après plusieurs écoutes j’ai du mal à m’y faire

-          Je l’écoute facilement mais sans émotion

-          J’ai beaucoup de plaisir à l’écouter

-          Il tourne en  boucle sur ma platine

Après cinq albums de haut standing, dont un point culminant en 2008 avec l’inoubliable The Seldom seen kid, Elbow revient avec ce sixième opus nous distiller son rock si particulier et si sophistiqué. Farouches ennemis d’une musique étriquée et simpliste, les Anglais réinventent à nouveau leur pop, faisant varier à loisir les ambiances, expérimentant toujours les combinaisons d’instruments les plus surprenantes et magnifiant une nouvelle fois cet ensemble par le chant de ténor de Guy Garvey. Le seul petit reproche que l’on peut faire à Elbow, c’est cette propension à toujours vouloir en faire un peu trop et de rendre compliqué ce qui pourrait être plus fluide. Mais ce petit défaut est un grain de sable insignifiant dans la pop somptueuse de ce The take off and landing of everything, album qui s’inscrit aisément dans la belle continuité de la discographie des originaires de Bury.

deezer

 

http://www.deezer.com/album/7500346