Jake Bugg - Shangri la

 

 

 

 

 

 

De qui parle-t-on ? :

Songwriter Anglais, de son vrai nom Jake Edwin Kennedy.

 

De quoi parle-t-on ? :

Toujours ce Folk-rock sixties survitaminé avec quelques ballades, surtout sur la fin de l’album.

 

Rythme :

-          Je me suis endormi dans mon fauteuil

-          Ne me perturbe pas quand je lis en même temps

-          Mes pieds se mettent à bouger

-          Je me lève et je fais la danse de l’épaule

-          Mes enfants sautent comme des cabris dans la pièce

Difficile de résister au rythme endiablé de chansons comme Slumville sunrise ou What doesn’t kill you.

 

Accessibilité :

-          Après plusieurs écoutes je n’ai toujours pas saisi la mélodie

-          Plusieurs écoutes sont nécessaires avant d’apprécier la mélodie

-          Mélodie agréable mais sans aspérité

-          Les refrains entrent directement dans ma tête

-          Que des hits taillés pour les stades

Comme sur le premier album, cet ensemble s’impose comme une évidente machine à tubes.

 

Audience :

-          Musique que madame me demande de réécouter

-          Peut-être écouté en famille sans déranger madame

-          Madame s’en va quand je l’écoute

-          Tellement bizarre que je fais attention d’être seul pour l’écouter

-          Tellement bruyant que mes voisins ne me parlent plus

Le côté sixties très marqué peut laisser croire que l’on écoute un « vieux » disque.

 

Qualité audiophile :

-          J’ai l’impression que c’est mon voisin qui écoute l’album

-          Le format MP3 n’altérera pas trop l’écoute

-          S’écoute impérativement en format non compressé (CD ou autre)

Le style direct, bruyant parfois mais point trop et le chant très équilibré de Jake Bugg permettent une écoute agréable en MP3.

 

Conclusion :

-          Je l’ai écouté une fois mais c’est une fois de trop

-          Après plusieurs écoutes j’ai du mal à m’y faire

-          Je l’écoute facilement mais sans émotion

-          J’ai beaucoup de plaisir à l’écouter

-          Il tourne en  boucle sur ma platine

A dix-neuf ans, Jake Bugg fait défiler sa carrière à la vitesse de sa musique. Déjà le deuxième album cette année (enfin presque, puisque le premier était sorti en Angleterre en 2012) pour le natif de Nottingham. Shangri la aurait pu être enregistré en même temps que le premier opus tant le style est similaire. Pour autant, le rock joué à 100 à l’heure du bonhomme nous séduit encore une fois, nous confirmant ainsi son aptitude à écrire des pop-songs qui font mouche à tous les coups.

deezer

 

http://www.deezer.com/album/7090233