Drenge - Drenge

 

 

 

 

 

 

De qui parle-t-on ? :

Duo Anglais composé des deux frères Loveless, Eoin et Rory.

 

De quoi parle-t-on ? :

Grunge à l’ancienne, pas celui « tranquille » de Pearl jam ou le flamboyant de Nirvana, plutôt celui de Soundgarden ou des déjantés Mudhoney.

 

Rythme :

-          Je me suis endormi dans mon fauteuil

-          Ne me perturbe pas quand je lis en même temps

-          Mes pieds se mettent à bouger

-          Je me lève et je fais la danse de l’épaule

-          Mes enfants sautent comme des cabris dans la pièce

Rock noisy plutôt rythmé, très adapté au Headbanging et au Air guitar.

 

Accessibilité :

-          Après plusieurs écoutes je n’ai toujours pas saisi la mélodie

-          Plusieurs écoutes sont nécessaires avant d’apprécier la mélodie

-          Mélodie agréable mais sans aspérité

-          Les refrains entrent directement dans ma tête

-          Que des hits taillés pour les stades

Ce style bruyant peut nécessiter plusieurs écoutes, mais des morceaux comme Backwaters ou Bloodsports accrochent d’emblée les amateurs du genre.

 

Audience :

-          Musique que madame me demande de réécouter

-          Peut-être écouté en famille sans déranger madame

-          Madame s’en va quand je l’écoute

-          Tellement bizarre que je fais attention d’être seul pour l’écouter

-          Tellement bruyant que mes voisins ne me parlent plus

Fait fuir irrémédiablement tous les non initiés.

 

Qualité audiophile :

-          J’ai l’impression que c’est mon voisin qui écoute l’album

-          Le format MP3 n’altérera pas trop l’écoute

-          S’écoute impérativement en format non compressé (CD ou autre)

Rock sans concession ni fioriture, qui file à toute allure, bien adapté au format compressé.

 

Conclusion :

-          Je l’ai écouté une fois mais c’est une fois de trop

-          Après plusieurs écoutes j’ai du mal à m’y faire

-          Je l’écoute facilement mais sans émotion

-          J’ai beaucoup de plaisir à l’écouter

-          Il tourne en  boucle sur ma platine

Depuis qu’ils ont découvert, grâce aux White stripes, qu’il était possible de faire du rock à deux, Les frères Loveless s’en donnent à cœur joie. Cet opus éponyme aurait pu sortir au début des années 90, lorsque le Grunge était à son apogée, mais vingt ans ont passé et les membres de Drenge étaient à peine nés à cette époque. Comme Jack White, ils s’inspirent et délivrent intelligemment le Garage rock crasseux et bruitiste de cette période en revisitant au passage les racines du Blues-rock.   

deezer

 

http://www.deezer.com/album/6695559