Barbarossa - Bloodlines

 

 

 

 

 

 

 

 

De qui parle-t-on ? :

Projet solo du musicien Anglais James Mathé.

 

De quoi parle-t-on ? :

Nu-folk selon l'appellation consacrée, mélange de mélodies éthérées et d'Electro, simple alibi pour faire ressortir la voix de ténor de James Mathé.

 

Rythme :

-          Je me suis endormi dans mon fauteuil

-          Ne me perturbe pas quand je lis en même temps

-          Mes pieds se mettent à bouger

-          Je me lève et je fais la danse de l’épaule

-          Mes enfants sautent comme des cabris dans la pièce

Alternance de ballades et de chansons mid-tempo, comme Turbine, Pagliaccio ou The load, dont la beatbox répétitive incite à battre la mesure.    

 

Accessibilité :

-          Après plusieurs écoutes je n’ai toujours pas saisi la mélodie

-          Plusieurs écoutes sont nécessaires avant d’apprécier la mélodie

-          Mélodie agréable mais sans aspérité

-          Les refrains entrent directement dans ma tête

-          Que des hits taillés pour les stades

Dès l'entame de la première ballade, Bloodline, on comprend très vite que cet album est construit pour toucher l'auditeur instantanément.  

 

Audience :

-          Musique que madame me demande de réécouter

-          Peut-être écouté en famille sans déranger madame

-          Madame s’en va quand je l’écoute

-          Tellement bizarre que je fais attention d’être seul pour l’écouter

-          Tellement bruyant que mes voisins ne me parlent plus

Totalement inconnu en France, mais cette musique plutôt accrocheuse peut aisément attirer l'oreille des non initiés.

 

Qualité audiophile :

-          J’ai l’impression que c’est mon voisin qui écoute l’album

-          Le format MP3 n’altérera pas trop l’écoute

-          S’écoute impérativement en format non compressé (CD ou autre)

Pas de problèmes pour le MP3 sauf si l'on veut profiter pleinement de la voix puissante de James Mathé.  

 

Conclusion :

-          Je l’ai écouté une fois mais c’est une fois de trop

-          Après plusieurs écoutes j’ai du mal à m’y faire

-          Je l’écoute facilement mais sans émotion

-          J’ai beaucoup de plaisir à l’écouter

-          Il tourne en  boucle sur ma platine

Déjà le troisième album pour cet artiste, malheureusement, méconnu. Pourtant, cette musique, naviguant sans difficultés de la ballade intimiste à l'Electropop musclée, mériterait qu'on s'y attarde un peu plus. Le chant, parfois viril ou parfois fragile, de James Mathé s'adapte à l'intensité et au rythme de ces mélodies agissant comme un instrument à part entière. Avec des opus de cette trempe, il est certain que l'on entendra rapidement parler du petit génie Barbarossa.   

deezer

 

http://www.deezer.com/fr/album/6737566